Informations générales

Vous trouverez ici des informations pour vous aider, vous orienter dans le monde du handicap et son appréhension au quotidien.

 

Des suggestions ? Une rubrique que vous souhaitez ajouter ? Ecrivez-nous.

Hand-in-cap

 

"Etrange affaire, que ce tirage au sort, où les Anglais mêlaient des noms dans un chapeau, d’où une main supposée innocente en tirait un, "hand in cap". Ce tirage au sort produisait un jugement comparatif, une hiérarchie et c’est pour rappeler cette idée qu’on nomma handicap le classement des chevaux avant une course. Il s’agissait d’égaliser les chances pour rendre la course plus passionnante, et on pensa à surcharger ou à faire partir un peu plus tard les candidats les plus forts. Le handicap était donc une gêne imposée au plus favorisé pour plus d’égalité, en aidant ainsi les plus faibles. Passé d’anglais en français, le mot conserva cette valeur dans la langue des turfistes, puis en cyclisme à la fin du XIXe siècle. Mais peu à peu, l’idée d’infériorité imposée élimina celle qui lui était liée de capacité supérieure. Les "handicapés", toujours d’après la langue anglaise, devinrent des défavorisés sur le plan physique ou mental. Le mot eut un succès foudroyant, parce qu’il permettait de remplacer des termes plus brutaux et, espérons-le, parce qu’il conservait discrètement sa valeur initiale, suggérant de remédier à l’inégalité des chances. Ce qui conduit à reconnaître que le handicapé physique peut être intellectuellement supérieur, et le handicapé mental être physiquement et affectivement remarquable. Un anglicisme politiquement correct, peut-être, mais très recommandable.

 

Alain Rey, auteur du "Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert" 1998

Merci à Bernard Bourreau pour ce texte

Version imprimableVersion imprimable | Plan du site
Entraide Naissance Handicap